serpents_et_echelles_additions_quantité_boulier2

Bonjour,

Dans un lointain article je vous expliquais comment Lutinette apprenait les chiffres (symbôles et quantités) grâce au jeu des lapins découvert sur le blog de Brigida Clément... Le plaisir que Lutinette éprouve à jouer avec lui ne s'est pas démenti 3 ans après. Nous utilisons à présent un dé à 20 faces et les parties sont bien plus rapide aussi. Mais comme l'intéret pédagogique s'estompe un peu ( il reste encore à bien encrer les chiffres étranges comme le 13, 14, 15, 16 ( quelle idée aussi ces noms barbares dans la langue française ?!)... Lutinette m'a d'ailleurs justement demandé pourquoi on ne les appelait pas simplement dix-trois, dix-quatre, etc. Que répondre à cela ? Que nos ancêtres qui les ont ainsi nommés, ne possédaient sans doute pas la logique imparable d'un enfant de 4 ans ?

Toujours est-il que nous nous sommes tourné vers d'autres jeux qui nous permettent non seulement d'aborder de façon ludique les chiffres supérieurs à 20 mais aussi de faire des additions...

Exemple : LES SERPENTS ET LES ECHELLES.

Matériel:
1 plateau de jeu, 4 pions colorés, un dé.

But du jeu:
Pour remporter la partie vous devrez arriver le premier sur la case 100.

Installation:
Ce jeu se joue de 2 à 4 joueurs.
Chaque joueur place son pion sur la case n°1 du plateau de jeu.
Le plus jeune commence la partie.

Comment jouer:
Une fois vos pions placés sur le plateau lancez le dé. En fonction du nombre indiqué
sur le dé, déplacez votre pion, mais attention, si vous tombez sur la queue d'un
serpent vous devrez faire redescendre votre pion jusqu'à la case où se trouve la tête
du serpent. Si, par chance vous tombez au pied d'une échelle faites progresser votre
pion jusqu'à la case où se trouve le haut de l'échelle. Deux pions ne peuvent pas être
sur la même case.
Variante :

Si votre pion arrive sur une tête de serpent passez votre tour.
Si votre pion tombe sur le haut d'une échelle, rejouez.

Tout comme le jeu des lapins, nous avons commencé avec un dé à 6 faces, parfois avec des points, puis avec les chiffres. Le nombre de face à augmenté et nous jouons à présent avec le dé à 20 faces.

Mais pour compléter le jeu lorsque le désir de Lutinette s'y prête, nous faisons une partie longue.
Nous sortons alors le boulier, les perles dorées (1er plateau des dizaines et untités) et, éventuellement, une ardoise (pour y inscrire la formule de l'addition)

Le premier lancé de dé est simple puisque l'on se rend à la case dont le numéro est inscrit sur le dé.
Pour le second lancé et les suivants le jeu consiste à inscrire en premier sur l'ardoise le chiffre de la case où l'on se trouve, de mettre, dans un petit plateau, la quantité de perles qui lui correspond et de retranscrire la même quantité sur le boulier. On lance le dé et on ajoute le chiffre qu'il indique au chiffre sur l'ardoise, la quantité de perles dans le plateau, et sur le boulier puis Lutinette compte les perles dans le plateau, inscrit le résultat sur l'ardoise et vérifie sur le boulier (ou inversement, compte sur le boulier et vérifie avec les perles). Il n'y a plus qu'à se rendre à la case indiquée par le résultat.

Cette variante permet d'encrer les chiffres avec une correspondance entre la quantité et le symbole. Elle permet d'encrer l'utilisation du boulier, le principe de l'addition, la transcription écrite de l'addition. lorsque ces notions ont été initiées par les excercices préparatoires du matériel vu séparément, je trouve que cette façon d'aborder le chiffre fait bien la correspondance entre les différents exercices, entre le réel et l'abstrait de la transcription mathématique.

Cet exercice vient après le jeu de la banque des dizaines. Nous ne le pratiquons pas systématiquement, il est bon aussi de simplement s'amuser !